Actualité-
14.11.2016
Des « habitants » inattendus à reloger lors du démontage de pylônes

Les pylônes électriques abritent parfois des occupants inattendus : cigognes ou faucons élisent domicile à l’intérieur des pylônes où ils font leurs nids : nous déplaçons régulièrement certains nids pour les repositionner sur le haut des pylônes, par mesure de sécurité. Fin 2015, RTE a mise en service une ligne souterraine reliant les postes électriques de Corbigny et de Vignol dans l’Est de la Nièvre (58) en remplacement de l'ancienne ligne aérienne Champvert - Le Creusot (71) : il ne restait plus qu’à démonter les pylônes concernés. Mais comment procéder alors que certains sont habités par des oiseaux partis en migration : où relacer les nids, surtout quand il s’agit d’espèces protégées ?

Les explications d’Annie Chapalain, secrétaire générale de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO Nièvre), avec qui RTE a collaboré sur ce projet :

Le Mag : ce n’est pas la première fois que RTE travaille avec la LPO 58, pouvez-vous nous en dire plus ?

Annie Chapalain : Notre première collaboration remonte à 2012 : la LPO 58, anciennement « SOBA », avait alors repéré un important nid de cigogne sur un des pylônes de cette même ligne. La cigogne blanche étant une espèce protégée, pas question de détruire ou de déplacer un nid sans autorisation de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL), même si les oiseaux sont partis en migration. RTE a alors décidé de travailler étroitement avec la SOBA, l’ONCFS et la DREAL et le nid a été déplacé plus haut sur le même pylône. Au printemps suivant, les cigognes ont adopté le nouvel emplacement et mené à bien leur nichée.

Annie Chapalain

LeMag : au moment du démontage des pylônes de cette ligne électrique, devenue souterraine, comment avez-vous travaillé avec RTE ?

AC : Pour préserver la biodiversité de la vallée de l’Aron, une première convention a été signée entre RTE et la LPO 58. Nous avons vérifié un par un les 60 pylônes appelés à disparaître, pour identifier ceux qui étaient utilisés comme support de nid par les cigognes blanches, mais aussi par des faucons crécerelles ou faucons hobereaux, deux espèces qui ont l’habitude de réutiliser de vieux nids de corneilles fréquemment placés dans les pylônes. Un travail fortement fédérateur pour la LPO 58, qui a permis de cartographier l’emplacement des nids. Résultat : cinq nids de cigognes et deux emplacements où des faucons étaient présents ont été localisés sur des pylônes.

LeMag : Quand des nids sont trop mal placés sur un pylône, il arrive qu’on les déplace sur le dessus, où cela est moins risqué tant pour les oiseaux que pour le bon fonctionnement de la ligne. Mais quand on démonte complètement les pylônes, comment faire pour reloger ses occupants ?

AC : La solution proposée, une première à notre connaissance, a consisté à mettre en place des mats équipés de nacelles, une pour accueillir le nid des cigognes blanches et une autre, plus petite pour les faucons. Nous avons contacté les propriétaires et fermiers concernés pour leur présenter cette solution et décider de l’emplacement des mats en tenant compte de la configuration du terrain et de leurs souhaits. Des conventions ont été signées entre propriétaires, RTE et la LPO 58, chargée du suivi jusqu’en 2020. Le transfert des nids vers les mats a ainsi pu être réalisé pendant que les oiseaux étaient partis en migration vers l’Espagne ou en Afrique !

 

LeMag : ne pouvait-on pas laisser les oiseaux refaire leur nid ailleurs ?

AC : ensemble, nous avons préféré cette solution car dans la vallée de l’Aron, il y a actuellement une vraie « crise du logement » pour les oiseaux, vue la croissance forte de la population de cigognes dans le secteur. La disparition soudaine des cinq nids aurait encore aggravé la situation au printemps prochain. Bien sûr, si le nombre d’oiseaux continue d’augmenter, les futurs jeunes couples iront occuper de nouveaux territoires. Mais à travers cette action concertée, nous avons souhaité ne pas compromettre l’installation récente -2012- de la cigogne blanche dans le secteur. Les échanges avec RTE ont été fructueux et ce partenariat, exceptionnel par l’ampleur de l’opération, a été une réussite.

La LPO a également servi d’intermédiaire, en tant qu’expert écologue, entre RTE et la DREAL Bourgogne Franche-Comté. La DREAL a ainsi pu donner son accord sur le base des mesures compensatoires proposées : mise en place de 5 nacelles pour cigognes et faucons en dehors de la période de nidification.

Installation d'un nid

LeMag : d’autres opérations à venir ?

AC : Nous souhaitons continuer à collaborer aux opérations d’infrastructure menées par RTE en apportant notre expertise chaque fois que cela est nécessaire au maintien de la biodiversité. Dans un premier temps et pour les trois années à venir, nous assurerons le suivi des cinq nacelles et enverrons un rapport annuel aussi bien à RTE qu’à la DREAL.

 

Vidéo présentant l'installation

 

 

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Découvrir d'autres actualités

23.06.2017
Mieux intégrer un poste aérien dans un paysage urbain dense : voilà la mission confiée par RTE à deux étudiants de l’ENS de Paysage de Versailles....
21.06.2017
Nouvel usage pour un drone : repérer les nids sur les pylônes. En prenant de la hauteur, le drone permet en effet aux équipe de RTE mais également...
16.06.2017
RTE innove et utilise pour la première fois une matière un peu spéciale pour réhabiliter des fourreaux permettant le passage de câbles souterrains :...

Abonnez-vous à la newsletter du Mag :