Actualité-
21.04.2017
Des rapaces au service de RTE

RTE a fait appel à un fauconnier pour éloigner des corbeaux qui menaçaient l’alimentation d’un site en Auvergne. Une première intéressante pour garantir la qualité de fourniture d’électricité.

Deux aigles royaux, un aigle des steppes, un hibou Grand-Duc, trois faucons, huit buses de Harris, une chouette et un vautour. Non, ceci n’est pas l’inventaire d’une riche réserve avifaune quelque part en France. Il s’agit des différents rapaces qui se sont mis au service de RTE pour régler un problème de qualité de l’électricité sur la ligne à 63 000 volts Malintrat-Gravanches, à proximité de Clermont-Ferrand (Auvergne).

En cause : plusieurs centaines de corbeaux freux installés sur le site, coupables de provoquer des coupures préjudiciables pour l’activité d’un client industriel (l’envergure des oiseaux peut entrainer des risques de court-circuit entre deux conducteurs). Les rapaces, peu appréciés des corvidés, ont permis de les éloigner « en douceur ».

Un fauconnier accrédité par RTE

Pour ce faire, les équipes de la région ont fait appel à un fauconnier accrédité par RTE, Cyril Leseul. Son savoir-faire avait déjà été évalué lors d’une première expérimentation en Alsace. « L’objectif est de reprendre possession du territoire occupé par les corbeaux en les effarouchant, explique-t-il. Le protocole comprend deux temps : pyrotechnie le matin, avec le tir de six fusées, puis promenades avec chacun des rapaces à tour de rôle jusqu’au soir. Ces va-et-vient quotidiens signalent ainsi aux corbeaux que les rapaces prennent le contrôle des lieux. Si nécessaire, une dernière sortie avec le Grand-Duc, en nocturne, confirme le message. »
 

Une période de l’année propice
Cette première étape d’intervention a duré une semaine, du 6 au 13 mars, le temps nécessaire pour perturber l’organisation des corbeaux. « C’est une période propice, car c’est à ce moment de l’année qu’ils effectuent leurs repérages pour préparer la nidification », selon Cyril Leseul. L’opération a nécessité une forte coordination des équipes de RTE. D’abord pour convaincre le client de la pertinence de cette solution pour le moins originale, ensuite pour mettre au point le mode opératoire et préparer l’intervention en un temps très court (un mois à peine).

Une deuxième session en mai prochain
Les corbeaux étant des animaux tenaces, une seconde session sera organisée début mai afin d’ancrer le message : désormais, la zone est interdite ! Une piqûre de rappel pourrait même être nécessaire d’ici un an. Cette action devrait réduire considérablement les risques de coupures dus aux oiseaux. Elle sera complétée par l’installation de parafoudres dès que le client pourra mettre son usine à l’arrêt.

L’enjeu est d’importance : avec deux coupures d’alimentation enregistrées en 2016, l’engagement de RTE vis-à-vis de son client pour la période 2016-2018 en matière de qualité de fourniture d’électricité a déjà été dépassé. Une nouvelle défaillance, outre le nouveau préjudice infligé au client, serait synonyme de fortes pénalités pour l’entreprise.

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Découvrir d'autres actualités

13.10.2017
En 2013, une liaison souterraine de 63 000 Volts a été réalisée sur une distance de 26 km en région Haut-de-France. Traversant des champs de culture...
06.10.2017
Après trois années de coopération réussie, RTE et FNH (Fondation créée par Nicolas Hulot) signent une nouvelle convention de mécénat pour la période...
04.10.2017
C’est un tout nouveau type de pylône qui a été installé en Lozère début septembre ! Conçu en fibre de verre, ce nouveau modèle en provenance du...

Abonnez-vous à la newsletter du Mag :