Actualité-
23.05.2014
À la découverte du métier de dispatcher

24 h/24 et 7 j/7, près de 200 collaborateurs se relayent pour piloter la circulation des flux électriques depuis leurs sources de production jusqu’aux zones de consommation. On les appelle les dispatchers. Au-delà de leur formation et de leur savoir-faire, quelles sont les qualités humaines nécessaires au dispatcher ? Pourquoi le savoir-être est-il important pour exercer ce métier ? Enquête sur ces aiguilleurs du réseau électrique…

Des conditions de travail particulières

Parce que l’électricité ne se stocke pas à grande échelle, les dispatchers doivent assurer l’équilibre instantané entre l’offre et la demande et ajuster en permanence la répartition de l’électricité sur le réseau. Au total, ils sont plus de 200 aiguilleurs de l’électricité à se relayer 24h/24 et 7J/7 pour surveiller et exploiter le réseau électrique français à haute et très haute tension. Sous la responsabilité d’un chef d’équipe, les dispatchers veillent sur le réseau de transport régional ou national, par tranche de 7 à 12 heures. « Nous travaillons dans un environnement confiné et sécurisé car c’est ici que nous réalisons toutes les manœuvres de pilotage. Ce qui ne nous empêche pas de rester connectés avec le monde l’extérieur », précise Rémi Huin, dispatcher au dispatching régional de St Quentin en Yvelines. « Nous passons beaucoup de temps au téléphone à la fois avec nos collègues qui sont sur le terrain, mais aussi avec les producteurs et nos clients distributeurs, ou industriels. En amont, nous travaillons avec les prévisionnistes qui définissent un premier schéma d’exploitation. C’est-à-dire une 1ère manière de piloter le réseau à partir des prévisions de consommation, de production, et l’identification des lignes mises hors service pour cause de maintenance… ».

 

Les 5 sens en éveil

« Assurer l’alimentation électrique, c’est surveiller l’état du réseau à tout instant, respecter les capacités de transit des ouvrages, anticiper et optimiser les schémas d’exploitation, et enfin trouver des parades pour se prémunir des conséquences des aléas. Lorsqu’un incident survient, nous devons réalimenter les clients en garantissant la sécurité des biens et des personnes », explique Rémi Huin. « En résumé, nous sommes toujours en alerte, les 5 sens en éveil !».

En cas d’aléas sur le réseau, les dispatchers doivent prendre la meilleure décision possible et la mettre en œuvre aussitôt. L’activité sur le réseau étant variable, le travail des dispatchers est donc lui aussi fait de périodes très denses et de périodes plus calmes.

 

Dispatcher : un savoir-être

Sang-froid, réactivité, adaptabilité, gestion de l’information, écoute, gestion du stress… les qualités humaines d’un dispatcher sont multiples. Les dispatchers font face à de nombreuses informations qu’ils doivent analyser et comprendre rapidement pour avoir bien conscience de la situation avant de prendre les bonnes décisions. La transparence et le partage d’expérience sont donc essentiels pour oser se remettre en question, faire évoluer l’exploitation du système électrique, coordonner les activités et construire une synergie de travail entre les différents acteurs de l’exploitation.

Le saviez-vous ?

  • La formation des dispatchers dure en moyenne 8 mois. Après avoir été formé sur un simulateur de réseau, le dispatcher « débutant » travaille en duo avec un autre dispatcher plus expérimenté.

     

    0 Commentaires

    Vous souhaitez laisser un commentaire ?

    Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

    * champs obligatoires
    CAPTCHA
    Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
    Image CAPTCHA
    Saisir les caractères affichés dans l'image.

    Découvrir d'autres actualités

    16.02.2018
    Parce que les femmes et les hommes de RTE sont sa première force, RTE...
    14.02.2018
    Après des tests réalisés à Nancy, la région Île-de-France expérimente ce mois-ci les « chaussettes » pour pylônes. Rien à voir avec des bas de laine...
    02.02.2018
    Parce que les femmes et les hommes de RTE sont sa première force, RTE...

    Abonnez-vous à la newsletter du Mag :