Actualité-
02.09.2016
L’extension du poste de Scheer : un chantier à l’écoute de la nature

À l'occasion de l'extension du poste haute-tension de Scheer (Bas-Rhin), les études préalables aux travaux ont notamment révélé la présence de deux espèces protégées aux noms pour le moins insolites : le crapaud sonneur à ventre jaune et le lézard des murailles. Le chantier qui se terminera au premier semestre 2017, s’inscrit dans une démarche conciliant exigences techniques et environnementales. Retour sur les dessous d’une collaboration fructueuse.

Le poste électrique de Scheer, comme tout projet d’aménagement du territoire, n’échappe pas à la règle : une étude d’impact environnementale doit être réalisée afin de veiller au respect et à la protection durable de l’environnement.

Alors, pour définir les actions nécessaires à la préservation de ce site, RTE a fait appel à l'expertise de Thibaut Durr, écologue du cabinet d’étude Ecolor. Son rôle ? Mesurer l'impact du projet sur l'environnement et la biodiversité, formuler des recommandations pour réduire cet impact et veiller à leur mise en œuvre. Ainsi, sur place, le cabinet a pu recenser deux espèces animales protégées : le crapaud sonneur à ventre jaune et le lézard des murailles.

Le lezard des murailles

Le batracien avait colonisé les fossés qui collectent les eaux de pluie autour du poste. Le reptile avait quant à lui, élu domicile dans les talus du poste. Or, l’agrandissement de l’ouvrage imposait de reboucher partiellement les uns et de faire disparaître les autres. Mais comme l’explique Thibaut Durr : « L’établissement préalable d’un bon diagnostic écologique, ainsi que le choix de RTE de privilégier des interventions en harmonie avec les espèces protégées du site, ont permis de mettre en place des actions en mesure d’anticiper et de compenser les impacts engendrés par les travaux». Parmi ces actions, on compte la création d'habitats destinés à accueillir les espèces protégées comme des empierrements, les dépressions inondables ou la mise en place de haies arbustives, aménagés sur une zone compensatoire dédiée.

« En aout, on a noté la présence des premiers lézards dans les empierrements créés spécifiquement pour les recevoir, et les têtards de Sonneur prolifèrent dans le fossé de 115 m creusé en bordure du site, ce qui témoigne de la réussite de cette collaboration ! » précise Thibaut Durr.

Pour faciliter la migration des espèces vers ces nouveaux habitats, le planning des travaux a été défini en tenant compte de leurs périodes d'hibernation. Depuis mars dernier, des visites mensuelles, qui s’inscrivent dans le cadre d’un suivi écologique mis en place sur 5 ans, permettent de vérifier l’efficacité de ces aménagements sur le site.

"Privilégier des interventions en harmonie avec les espèces protégées du site"

Le suivi a d’ailleurs démontré que les travaux en cours, en particulier le décapage des sols à proximité des aménagements, avait favorisé l’apparition de deux nouvelles plantes rares : l’Elatine à feuille d’Alsine, que l’on n’avait pas revue depuis 1989, et la Queue-de-souris, une plante protégée!

l’Elatine à feuille d’Alsine

La prise en compte de l’impact environnemental dès la conception du projet, permet ainsi au chantier de se dérouler conformément aux échéances prévues. Le nouveau poste, dont les équipements électriques ont été installés à l’issue de la phase de génie civil vient d’accueillir les deux transformateurs 225 000 / 63 000 volts,pièces essentielles au dispositif. Le poste sera relié à celui de Sélestat par une double ligne électrique souterraine 63 000 volts, actuellement en construction. L’ensemble du projet représente un investissement de 30M€ et sa mise en service est prévue pour mai 2017.

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires

Découvrir d'autres actualités

22.03.2017
La convention sur les énergies marines renouvelables se tient au Havre ces 22 et 23 mars. Les équipes de RTE sont sur place pour présenter le rôle de...
22.03.2017
La coopération entre RTE et l’INRAP se poursuit. Le 28 février à la Cité des Sciences et de l’Industrie, une soixantaine d'invités était réunie pour...
21.03.2017
Le coup d’envoi du projet d’interconnexion des pays de l’Afrique de l’Ouest a eu lieu début janvier au Bénin. RTE accompagne la construction de ce...

Abonnez-vous à la newsletter du Mag :