Actualité-
20.10.2017
Quand la coquille Saint-Jacques veille…

Appréciée pour ses qualités gustatives, la coquille Saint-Jacques est également un excellent indicateur naturel de la qualité du milieu marin. Une OASICE au pays des câbles sous-marins…

OASICE. Ce nom ne vous dit surement rien. Projet d’expérimentation de suivi de l’impact potentiel des lignes électriques sous-marines, il a été lancé le 15 mai dernier.
RTE prévoit de réaliser de nombreuses liaisons sous-marines au cours des prochaines années. Dans le respect de ses engagements pris vis-à-vis des usagers de la mer, RTE souhaite assurer un suivi et mesurer d’éventuels impacts sur l’environnement de ces nouvelles infrastructures. Mais comment mesurer cela ?


Un bio-indicateur : la coquille Saint-Jacques
RTE, en partenariat avec le bureau d’études TBM environnement (Auray – 56) et le Laboratoire universitaire des sciences de l'environnement marin (LEMAR, Brest – 29), a décidé de lancer un projet innovant et atypique en utilisant les caractéristiques naturelles de la coquille Saint-Jacques et les savoir-faire des scientifiques impliqués dans ce programme : OASICE (cOquilles Saint jAcques outil de Surveillance de l'Impact des Cables Electriques).
Deux projets de liaisons sous-marines en baie de Seine ont été retenus comme sites d’étude pour le déploiement du protocole mis au point par ces chercheurs : le raccordement du parc éolien offshore du Calvados (à Courseulles-sur-Mer) et l’interconnexion France Angleterre IFA2.

 

Lorsque l’animal grandit, il dépose chaque jour sur le bord de sa   coquille, des incréments de croissance (i.e. stries)

 

 

 

 

Une coquille parlante
Pourquoi une coquille Saint-jacques ?
La coquille Saint-Jacques est un animal peu mobile, sédentaire, qui posée ou faiblement enfouie dans le sédiment filtre en continu l’eau de mer pour respirer et se nourrir.
Pour fabriquer sa coquille, l’animal capte dans l’eau de mer les éléments chimiques nécessaires à sa fabrication (majoritairement du carbone et du calcium) et peut par erreur intégrer d’autres éléments chimiques (comme des métaux : Plomb, Cadmium, Zinc, etc.). L’analyse de ces éléments prélevés stries après stries, peut permettre de reconstituer l’évolution d’un certain nombre de paramètres environnementaux, comme la température de l’eau, la production primaire du milieu ou encore les épisodes de pollution. D’une façon générale, l’accès à cette information chimique vient enrichir les informations déjà accessibles par l’analyse de la croissance.
Comment procéder ?
Des coquilles Saint-Jacques sont prélevées à proximité des liaisons sous-marines avant et pendant les travaux de pose ainsi que lors de l’exploitation. "L’énorme avantage de cet outil est qu’il permettra de distinguer sans ambiguïté un stress induit par la présence d’un câble électrique de celui provoqué par une pollution, une tempête ou par tout autre évènement " détaille TBM et le LEMAR.
Une nouvelle solution respectueuse de l’environnement !

 

 

 

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Découvrir d'autres actualités

08.11.2017
Anticiper les événements climatiques pouvant affecter les ouvrages de RTE, voilà l’objectif d’Amélie. Ce prototype est expérimenté depuis un an, avec...
03.11.2017
Quel rapport entre RTE et Alain Baraton ? Rien à priori ! Et pourtant… Jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc de...
27.10.2017
Julien Chazot, dispatcher au sein de RTE et parapentiste aguerri, a également une autre mission : sensibiliser les lycéens aux mesures de prudence à...

Abonnez-vous à la newsletter du Mag :