Actualité-
30.06.2015
Vergers, mares, pâturage,… des corridors de biodiversité sous les lignes électriques

Depuis plus de 3 ans, les gestionnaires du réseau de transport d’électricité belge et français, Elia et RTE, mènent des expérimentations pour transformer les emprises forestières sous les lignes électriques à haute tension en corridors écologiques. Réalisées sur plus de 155 km en région wallonne et sur sept sites français, ces actions sont soutenues par la Commission européenne. Une initiative qui fait parler d’elle et qui intéresse nos homologues européens. Faisons le point avec Gérard Jadoul, coordonnateur général du projet Life.

Pouvez-vous nous rappeler en quelques mots, les objectifs du projet Life ?

Ce projet vise à expérimenter des solutions alternatives aux modes de gestion de la végétation qui étaient traditionnellement utilisés sous les lignes électriques comme l’abattage ou le gyrobroyage. L’objectif, adopter un mode de gestion favorable à la biodiversité tout en maitrisant les coûts et en encourageant les agriculteurs, les forestiers, les chasseurs… à prendre part à la gestion de ces espaces pour les valoriser localement.

transformation des emprises forestières des tracés de lignes electriques

Quelles sont les premiers résultats des expérimentations ?

Lorsqu’il s’agit de restauration de mares, l’effet est tout de suite visible. Il suffit de revenir quelques mois plus tard pour voir les amphibiens et les libellules ! Même résultat pour le pâturage. Pour les plantations de lisière, évidemment, il faut être plus patient.

Notre objectif est de passer d’un couloir en U à un couloir en V (cf schéma ci-contre). Il faudra alors attendre plusieurs années avant de voir les premiers résultats. Mais une chose est sûre, nous voyons quotidiennement l’implication des acteurs locaux. C’est essentiel pour notre projet car ce sont eux : agriculteurs, apiculteurs, chasseurs… qui nous permettront de maintenir durablement les actions que nous avons initiées.

Des expérimentations qui intéressent aussi nos homologues européens…

Visite sur le site de werbomont, en belgique

Effectivement ! Lors d’un événement que nous avons organisé en juin 2015 avec Elia et RTE, 40 participants de 16 pays européens étaient présents. Leurs intérêts sont bien évidemment variables, chaque pays ayant ses propres spécificités liées au climat, aux propriétés du sol ou à la densité de population des espaces traversés par les lignes électriques. Mais tous, se retrouvent autour du même enjeu : augmenter de 20% la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie. Cela implique, pour les gestionnaires de réseau de transport d’électricité, de rénover ou d’agrandir leur réseau. Cela doit se faire dans le respect de la biodiversité en développant des modes de gestion adaptés. Et nous avons bon espoir d’y arriver !

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Découvrir d'autres actualités

08.11.2017
Anticiper les événements climatiques pouvant affecter les ouvrages de RTE, voilà l’objectif d’Amélie. Ce prototype est expérimenté depuis un an, avec...
03.11.2017
Quel rapport entre RTE et Alain Baraton ? Rien à priori ! Et pourtant… Jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand parc de...
27.10.2017
Julien Chazot, dispatcher au sein de RTE et parapentiste aguerri, a également une autre mission : sensibiliser les lycéens aux mesures de prudence à...

Abonnez-vous à la newsletter du Mag :