Actualité-
08.11.2017
Amélie, la météo du réseau

Anticiper les événements climatiques pouvant affecter les ouvrages de RTE, voilà l’objectif d’Amélie. Ce prototype est expérimenté depuis un an, avec des résultats étonnants de précision.

Tout le monde connaît les alertes jaune, orange et rouge de Météo France.
L’application d'Alerte MEtéo pour les LIgnes Electriques – Amélie de son petit nom – fonctionne selon le même principe. Sauf qu’elle ne s’intéresse qu’à l’impact potentiel des phénomènes climatiques exceptionnels sur les ouvrages de RTE. Et ce, avec une précision infiniment plus grande que celle des alertes grand public de Météo France.

Extrait d'Amélie, alerte givre du 1er janvier 2017

Des prévisions mises à jour toutes les 6 heures
Pour parvenir à ces résultats, les équipes de la Direction Recherche & Développement de RTE ont croisé les données fournies par Météo France avec celles du système d’information géographique de RTE. Toutes les 6 heures, le système "mouline" les nouvelles données météo pour mettre à jour ses prévisions. "Amélie ne se contente pas de nous dire si le vent forcit ou si la neige va tomber", affirme Philippe Claude, manager au sein de la Direction R&D. "Il analyse le risque d’impact du phénomène météo en fonction des caractéristiques de ce dernier et des ouvrages concernés (pylônes, conducteurs). Ces informations, mises à disposition des équipes opérationnelles 36 heures à l’avance, leur permettent de prendre des mesures appropriées si nécessaire".

Une nouvelle version pour l’hiver 2017-2018
Le retour effectué par les Centres RTE en région à la suite de l’expérimentation menée l’hiver dernier a permis d’affiner les prévisions d’Amélie. "Le système était un peu "alarmiste", notamment dans les zones montagneuses pour la neige ou proches du littoral pour le vent", estime Samir Issad, Datascientist au sein de la Direction R&D. "Or l’un des intérêts du système est justement d’affiner les alertes que Météo France fournit à l’échelle départementale ou régionale. Nous avons corrigé le tir en tenant compte de ces remarques".
Un module "givre" a également été ajouté à la V2 d’Amélie qui sera testée à partir de cet hiver. Et un module "canicule" destiné à prévoir les risques d’avaries de certains matériels sensibles aux fortes chaleurs est à l’étude.

Extrait d'Amélie, tempête du 3 février 2017

"Amélie est une parfaite illustration de la démarche engagée par RTE pour améliorer la gestion de son réseau en tirant parti des nouvelles technologies numériques"
Jean-Louis Muscagorry, Directeur du projet Gestion des Actifs 2025 chez RTE

 

 

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Découvrir d'autres actualités

13.06.2018
Isabelle Autissier était présente à Paris lors de la Fête de la Nature. A l’occasion du rendez-vous mondiale ICOE à Cherbourg, retrouvez l'interview...
06.06.2018
Technicien contremaître réseaux et patrimoine au Centre Maintenance de Nancy, Charles Mercier a choisi de voler de ses propres ailes, en créant son...
01.06.2018
Une première européenne pour le programme de rénovation du réseau électrique en Haute-Durance. Le transformateur du poste électrique de l’Argentière...

Abonnez-vous à la newsletter du Mag :