Actualité-
06.06.2018
Charles : de RTE à l'entreprenariat

Technicien contremaître réseaux et patrimoine au Centre Maintenance de Nancy, Charles Mercier a choisi de voler de ses propres ailes, en créant son entreprise dans le domaine de la gestion forestière. Retour sur son itinéraire.

 

Après son bac technologique en génie civil (STI), suivi d’un BTS études et économie de la construction, Charles Mercier opte pour la gestion forestière. Ce changement d’orientation ponctué par un second BTS en alternance le conduit alors au sein de l’équipe entretien lignes du GMR Bourgogne, puis quelques années plus tard, à la Cellule Végétation. Mais il ne s’y retrouve pas totalement : « Par son activité, RTE se doit de contenir la croissance des arbres et ça se comprend, rappelle Charles. L’exploitant forestier a quant à lui pour objectif de favoriser l’épanouissement de la forêt. C’est cet aspect de la filière sylvicole qui m’attire vraiment. » Il ne boudera pas longtemps son plaisir. En 2016, Charles s’essaie à la micro-entreprise autour de trois activités : le courtage, qui consiste à mettre en relation propriétaires de bois et acheteurs, la gestion forestière avec rédaction de diagnostics sylvicoles et la délimitation de parcelles. L’expérience est concluante. Il se décide à sauter le pas.

L’essaimage, une politique d’aide à l’entreprenariat

Charles Mercier Courtage (CMC), nom de sa jeune société, prend son envol le 1er juin, le lendemain de son départ en congés... « Officiellement, je ne quitte pas RTE, confie Charles. Je bénéficie d’un « congé création d’entreprise»  qui m’autorise à réintégrer l’entreprise dans les 5 ans, si ça ne marche pas. C’est une des opportunités de la politique d’essaimage. À cela s’ajoute, après évaluation du projet par un jury, un soutien financier qui m’a permis de me lancer dans les meilleures conditions. »
Reste le risque de «quitter un univers rassurant» et de perdre en contacts : « On a la chance d’être 400 à Nancy et de pouvoir compter sur de vraies relations sociales. Ça m’a fait beaucoup hésiter. C’est sûr, je prendrai plaisir à revoir les collègues, au siège comme dans les régions. » Nul doute qu’ils lui souhaitent bon vent !

 

 

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Découvrir d'autres actualités

12.10.2018
Chaque jour, le réseau vit grâce à la formidable énergie des hommes et des femmes qui le compose. 8500 visages à découvrir. Le temps de quelques...
10.10.2018
D’ici 2025, RTE va mettre en service plus de 1000 km de liaisons sous-marines dont il devra assurer la maintenance. Zoom sur la démarche européenne...
08.10.2018
Alors que le Mondial de l’Automobile a ouvert ses portes à Paris il y a quelques jours, quelles sont les perspectives de développement des véhicules...

Abonnez-vous à la newsletter du Mag :