Actualité-
05.06.2015
Le poste électrique intelligent, temps de réaction: 0,06 seconde

Unique au monde, le « poste électrique intelligent » permet, par l’apport des dernières technologies numériques embarquées, d’optimiser les capacités et le fonctionnement d’un poste électrique conventionnel. 

C’est un des éléments des réseaux intelligents ou SmartGrids de demain qui permettront notamment d’intégrer les énergies renouvelables dans le système électrique. Le projet, prévu sur une durée de 4 ans, démarre. Explications.

 

Le poste électrique intelligent permettra de transmettre automatiquement un ensemble de données numériques pour une maintenance encore plus réactive et intelligente.

La complexité croissante du mix électrique fait évoluer les conditions d’exploitation du réseau de transport d’électricité. À une production centralisée s’ajoutent désormais les énergies renouvelables souvent éloignées des zones de consommation et caractérisées par une grande variabilité. Il s’agit alors d’accueillir cette production dès qu’elle est disponible, c’est-à-dire d’être à même de recevoir et de répartir, en temps réel, les flux électriques, tout en maintenant la sécurité d’alimentation et avec un objectif d'optimisation et de maîtrise des coûts. Le développement de capacités de stockage dispersées (véhicules électriques par exemple) va encore accroître la complexité du système électrique.

Le poste électrique, un maillon essentiel du réseau

Le poste électrique aiguille l’électricité grâce aux différentes lignes qui y sont connectées. Il permet d’optimiser l’acheminement de l’électricité sur le territoire en connectant sources de production et besoins de consommation en temps réel. En cas de défaut, foudre ou surcharge par exemple, il coupe automatiquement la ligne défaillante afin de maintenir le reste du réseau opérationnel. En devenant plus intelligent, il pourra recevoir et traiter un nombre d’informations en constante augmentation, prendre automati-quement des décisions et transmettre un ensemble de données numériques via un réseau de communication hautement sécurisé. Ces évolutions permettront, par exemple, une gestion plus flexible de la maintenance et une meilleure gestion de la volatilité d’amplitude des flux électriques.

 

Une solution 100 % numérique

Équipé d’une station météo, le poste intelligent permettra, en particulier, d’ajuster la puissance acceptée par les lignes électriques en fonction des conditions météorologiques.

Grâce à des capteurs météo placés à des endroits stratégiques, ce poste pourra recevoir, traiter et transmettre automatiquement un ensemble d’informations afin de s’ajuster à la situation : offre, demande, variabilité des flux et conditions météo. Capable de prendre le contrôle des postes environnants, il sera en mesure d’agir directement et localement, pour optimiser les capacités de transit, un atout de taille pour accueillir les EnR. Les échanges d’informations seront assurés par un réseau de communication dédié très haut débit et hautement sécurisé. Il est également capable en cas de défaut sur une ligne, d’en faire l’analyse à distance pour accélérer la remise en service. « Autocicatrisant », il est capable de remettre en opération un élément défaillant en 60 millise-condes si tous les voyants sont au vert ou, à l’inverse, de le retirer du système le temps de la réparation. Il contribue ainsi à améliorer la qualité de l’électricité pour nos clients.

 

Première expérimentation en Picardie dès 2014

Une première expérimentation vient de démarrer dans la Somme. Le département est le premier département français par sa capacité de production éolienne. En 2015, le département sera en mesure de produire 700 MW d’électricité éolienne : il faudra gérer l’intermittence de cette production et son acheminement vers des bassins de consommation qui peuvent être éloignés ; notamment en été, lorsque la consommation locale est au plus bas et que des coups de vent font monter en puissance la production éolienne. Deux postes intelligents doivent être implantés : l’un à Blocaux situé sur la commune de Gauville (Somme), et l’autre à Alleux. Ces expérimentations permettront, par exemple, d’étudier la capacité thermique des lignes électriques en fonction du vent. Les recherches ont pour objectif d’améliorer la capacité d’accueil du réseau de transport d’électricité et la flexibilité du système électrique.

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Découvrir d'autres actualités

14.12.2018
Les Femmes et les Hommes de RTE font la force de l’entreprise. A l’heure de la sortie de notre Bilan social 2018, découvrez en quelques chiffres clés...
12.12.2018
Comment gérer au mieux l’explosion du nombre de producteurs d’électricité et la diversification des modes de consommation ? C’est l’objet du projet "...
07.12.2018
Chaque jour, le réseau vit grâce à la formidable énergie des hommes et des femmes qui le compose. 8500 visages à découvrir. Le temps de quelques...