Actualité-
26.09.2018
Muguet, chat… Connaissez-vous vraiment nos supports ?

Piliers de notre réseau, fondation du transport d’électricité… les supports constituent la base du réseau électrique. Ces structures verticales portent les conducteurs des lignes à basse, moyenne et haute tension mais plus que de simples supports métalliques, les pylônes ont une histoire !

 

Trois catégories de pylônes

Plus généralement appelés support, ce terme regroupe 18 modèles de structures distinguées en trois catégories : les pylônes, les portiques métalliques ou bois et les poteaux.

  • Les supports métalliques multipodes en treillis métalliques, appelés « pylônes » dans le langage courant : de très loin les plus répandus car offrant le meilleur compromis technico-économique.

 

Les supports multipodes en treillis métalliques ou… « Pylônes »

-

 

 

Les portiques métalliques multipodes

 

 

 

 

 

Les poteaux

 

 

Les supports architecturés

 

 

 

À ces catégories peuvent s’ajouter les supports esthétiques ou les pylônes uniques (traversées…) dont le développement est spécifique, voire unique, à un ouvrage ou un contexte.

 

 

 

  • Les poteaux, structures monopodes pouvant être en acier (appelés « Muguet » dans un langage plus fleuri, en référence à leurs bras courbés), en bois ou en béton.
  • Les portiques métalliques multipodes à fût tubulaires haubanés ou non (regroupant les portiques, les Trianons et les Rhodons) et les portiques bois particulièrement bien adaptés aux paysages forestiers.

 

 

 

-Ces pylônes, dits « Armement Triangle », ont été développés pour les lignes simple circuit.

Ils ont été adoptés dès la création des premiers ouvrages électriques par les sociétés de transport d’énergie (SATECO, STEDA, TERA, SNCF…), en 1910-1920.

80 000 en France

 

 

-Ces pylônes, dits « Armement Drapeaux », ont été développés pour les lignes doubles circuits. Ils peuvent se retrouver en plaine ou en montagne.

Leur apparition date, tout comme l’armement triangle, des premières constructions de lignes issues des sociétés de transport d’énergie (1910-1920).

75 000 en France

 

 

-Les pylônes « Nappe », pour lesquels les conducteurs sont situés sur le même plan horizontal, font leur apparition au début des années 1940, sur des ouvrages 225 kV. Ce choix de disposition des câbles avait pour objectif de contrôler la hauteur du pylône pour une meilleure intégration de l’ouvrage dans le paysage, à l’époque pour laquelle une augmentation de l’emprise au sol était peu problématique.

16 000 en France

 

 

-Les pylônes « Chat » apparaissent quelques années plus tard, sur les ouvrages de tout domaine de tension. L’objectif principal est de surélever le câble médian pour des raisons électriques.

31 000 en France

 

 

 

-Ces pylônes sont les premiers développés pour la création d’ouvrages d’évacuation de centrales de production. Ces armements « Anjou » et « Autheuil » peuvent aussi bien accueillir deux lignes 400kV qu’une seule en technologie 735kV. Néanmoins, les projets en technologie 735kV ont été abandonnés en 1978.

Les premiers pylônes « Autheuil » ont fait leur apparition à la fin des années 1960, tandis que les pylônes « Anjou » ont été installés dès le début des années 1970.

5 000 en France

 

-Les pylônes dits « Armement Danube » trouvent leur origine en 1972 lors de la création du pylône Beaubourg : ce pylône est issu d’un concours national mené par EDF, dont le jury final s’est rassemblé au centre Pompidou. Un des atouts majeurs du développement de cet armement « Danube » a été de rendre plus compact les pylônes « Anjou/Autheuil » pour une meilleure maitrise de la hauteur des pylônes.

Ces types de pylônes ont été produits en série dès la fin des années 1970.

11 000 en France

 

 

 

-Les pylônes Trianon ont été conçus pour minimiser la hauteur de l’ouvrage, dans le cas notamment de servitudes aéronautiques : la conception tubulaire équipée de haubans permet une meilleure intégration dans le paysage.

Les Trianon ont été développés au début des années 1960, en corrélation avec l’essor de l’aviation et des vols commerciaux.

6 000 en France

 

 

-Les pylônes Rhodon, ont été conçus dans la même optique que les pylônes Trianon. Ces pylônes peuvent accueillir jusqu’à quatre circuits 400kV ou six circuits 225 kV.

Ils ont été utilisés en zone urbanisée dense dans les années 1970, afin de libérer de l’emprise au sol, dans un contexte d’expansion urbaine.

60 en France

 

 

-Les portiques Treillis sont apparus en amont des tétrapodes tubulaires, pour la même finalité. Le premier ouvrage équipé de ces portiques voit le jour en 1942 dans l’ouest parisien.

Ces portiques ont été délaissés au profit des Trianon, dont l’aspect s’intègre plus aisément dans le paysage, et dont le montage tubulaire se trouve simplifié.

1000 en France

 

 

 

-Les portiques en technologie bois ont été imaginés pour une meilleure intégration dans un paysage forestier, le réseau de transport d’électricité devant s’adapter à l’environnement traversé.

Les premiers ouvrages électriques faisant appel à cette technologie apparaissent à la fin des années 1950.

3 000 en France

 

 

 

-Les poteaux béton, inspirés des lignes de distribution, sont utilisés dans le cadre du réseau local, pour des ouvrages simple ou double circuits 63 ou 90 kV. Leur faible empattement et leur hauteur limitée constituent leurs atouts pour une discrétion dans le paysage.

Les premières lignes équipées de poteaux béton sont apparues dès les années 1920, et n’ont cessées de croître jusqu’à la fin des années 1970.

31 000 en France

 

 

-La fin des années 1970 voit se développer des poteaux métalliques, dont la tenue mécanique est améliorée. La possibilité de découpage des tronçons permet alors d’augmenter les hauteurs, tout en facilitant le transport depuis les usines de production. (…)

3 000 en France

 

 

 

-Les poteaux métalliques sont, à ce jour, beaucoup utilisés dans les zones urbaines, de par leur faible empattement. Par ailleurs, une version esthétique appelée « muguet » a été conçue dans le but de s’intégrer au mieux dans le paysage, toujours dans un souci d’acceptabilité des ouvrages de transport.

2 500 en France

 

 

 

-L’initiative de la création du pylône Corolle, en technologie bois lamellé collé, remonte au début des années 1990, et revient à l’entreprise Transel, société prestataire d’EDF. Cette initiative est née de plusieurs facteurs, dont l’émergence en France de la préservation de l’environnement, une volonté de développer un pylône en bois, cette technologie étant plutôt bien perçue à l’étranger.

A l’issue du développement et de la qualification de ce support, trois supports ont été implantés dans l’Est de la France (Jura et Meuse) en 1995-1996.

3 en France

 

-Le pylône « Grand Duc », utilisant la même technologie, est issu de cette même volonté de renouveau, avec un axe fort de préservation de l’environnement.

Imaginés au début des années 1990, testés mécaniquement en 1995, les deux premiers pylônes ont vu le jour en 2000, à 1000m d’altitude, sur l’aire de Lozère de l’A75.

2 en France

 

 

-Le pylône « Roseau », développé par Mimram : onze pylônes de ce type ont été installés dans le nord de la France (Somme) en 2002.

11 en France

 

 

 

 

-Le pylône « Fougère » développé par l’équipe Ritchie – RFR – Gustafson : deux pylônes de ce type ont été installés dans le sud de la France (Vaucluse / Gard) en 2003.

2 en France

 

 

 

 

-Le pylône équilibre a été développé à partir de 2011 conjointement par RTE et le designer Hugh Dutton.

Il est prévu pour être installé sur une future ligne double circuit 400kV du Nord de la France. Ce concept qui fait écho au territoire sur lequel il sera implanté cherche à répondre au mieux aux attentes des riverains, de la société en termes d’environnement et de RTE en termes économique et de maintenabilité. Hugh a conçu un « concept qui, fluide et souple dans le paysage, danse avec la topographie et le tracé ; un concept qui s’inscrit en tension et en harmonie avec l’ensemble ».

45 en France

 

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Découvrir d'autres actualités

12.10.2018
Chaque jour, le réseau vit grâce à la formidable énergie des hommes et des femmes qui le compose. 8500 visages à découvrir. Le temps de quelques...
10.10.2018
D’ici 2025, RTE va mettre en service plus de 1000 km de liaisons sous-marines dont il devra assurer la maintenance. Zoom sur la démarche européenne...
08.10.2018
Alors que le Mondial de l’Automobile a ouvert ses portes à Paris il y a quelques jours, quelles sont les perspectives de développement des véhicules...

Abonnez-vous à la newsletter du Mag :