Actualité-
05.12.2018
Quand les réseaux s’agencent en bonne intelligence

La Société du Grand Paris (SGP) et RTE collaborent au quotidien dans le cadre de la construction du Grand Paris Express. Les explications de Christophe Villard, directeur des Systèmes et de la Sécurité de la SGP, et de Nathalie Lemaître, directrice Grand Paris de RTE Ile-de-France-Normandie.

Les équipes de RTE viennent de terminer un chantier de dévoiement d’une liaison à 63 kV à proximité du Pont de Sèvres (Hauts-de-Seine). De quoi s’agit-il ?


Christophe Villard : Cette liaison se situait dans l’emprise de l’une des gares de la ligne 15 du Grand Paris Express (lien vers le site du Grand Paris Express). Il fallait impérativement la déplacer avant d’entamer la construction de cette gare, planifiée à la rentrée 2018. L’intervention s’est achevée à la fin de l’été, conformément au planning, et nos travaux ont démarré dans la foulée.


Nathalie Lemaître : C’est la quatrième intervention de ce type que nous menons, après Créteil, Gennevilliers et Chatillon-Montrouge. D’autres opérations sont déjà programmées – dévoiement provisoire ou déplacement définitif de nos liaisons – afin de permettre l’ouverture des prochains chantiers du Grand Paris Express. Et, d’ici à 2030, nous aurons encore à étudier au cas par cas les nombreuses interactions entre nos deux réseaux.
 

Avez-vous déjà une vision claire du nombre d’interactions que vous aurez à gérer ?
N. L. : Lorsque nous avons superposé le plan de notre réseau avec le tracé du Grand Paris Express, il y a 5 ans, nous avons identifié plus de 200 croisements possibles. C’est sur cette base que nous avons commencé à travailler avec la SGP, dans le cadre d’une convention signée en 2015. Notre première préoccupation, c’est de chercher ensemble des solutions qui limitent les déplacements de réseau. Mais si le déplacement d’une liaison électrique est inévitable, l’objectif est d’organiser au mieux le planning des travaux tout en minimisant la gêne pour les riverains.

C. V. : Le maître mot de la collaboration qui s’est engagée avec RTE – tout comme avec la vingtaine de concessionnaires concernés par le chantier du Grand Paris Express –, c’est l’anticipation. Notre feuille de route jusqu’en 2030 est claire. Pour tenir le calendrier, nous travaillons avec eux pour coordonner au mieux les interventions à réaliser, mais aussi pour mutualiser au maximum les chantiers afin d’en réduire la durée et l’impact.
 

Comment s’organise la collaboration au quotidien entre les équipes de la SGP et celles de RTE ?
C. V. : Nos relations sont excellentes, et la coopération est très fluide. Au quotidien, ce sont nos chefs de secteur qui sont en contact avec les équipes de RTE. C’est à ce niveau que sont réalisées les études pour, parfois, déplacer l’emprise d’un chantier, ou au contraire pour organiser le déplacement des infrastructures existantes. On sent vraiment une préoccupation commune de travailler en bonne intelligence pour optimiser les ressources.

N. L. : Le point d’entrée, chez nous, ce sont les équipes de la Maintenance, qui connaissent sur le bout des doigts le réseau électrique de la région parisienne. Cette expertise a déjà permis, à plusieurs reprises, d’envisager des solutions pour ne pas dévoyer. Lorsqu’une intervention doit être réalisée, les équipes de l’ingénierie prennent le relais et organisent l’opération avec la SGP et les autres concessionnaires concernés.

Qui dit nouvelles lignes de métro dit aussi accroissement de la consommation d’électricité. Cet aspect a-t-il été pris en compte ?
C. V. : Bien entendu. Le Grand Paris Express représente, à l’horizon 2030, un accroissement de la consommation électrique de l’ordre de 300 MW. Mais cela concerne davantage Enedis, qui devra renforcer certains postes sources pour répondre à ce nouveau besoin.

N. L. : Nous travaillons conjointement avec Enedis sur ce sujet, mais nous savons d’ores et déjà que nous serons en capacité de supporter les puissances appelées. Nos études sont réalisées à une échelle plus grande, afin de répondre à l’accroissement de la consommation globale qui sera générée par les différents projets du Grand Paris : transports en commun, mais aussi projets d’aménagement, développement de la mobilité électrique. Le Grand Paris Express est pris en compte dans nos scénarios.

En chiffres
4. C’est le nombre de nouvelles lignes de métro (n°15, 16, 17 et 18) qui vont être construites dans le cadre du projet du Grand Paris Express.
200 km. C’est la longueur totale du Grand Paris Express, ce qui représente un doublement du linéaire des lignes de métro existantes.
68. C’est le nombre de nouvelles gares qui vont être construites sur le tracé du Grand Paris Express.

 

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

* champs obligatoires
CAPTCHA
Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Découvrir d'autres actualités

14.12.2018
Les Femmes et les Hommes de RTE font la force de l’entreprise. A l’heure de la sortie de notre Bilan social 2018, découvrez en quelques chiffres clés...
12.12.2018
Comment gérer au mieux l’explosion du nombre de producteurs d’électricité et la diversification des modes de consommation ? C’est l’objet du projet "...
07.12.2018
Chaque jour, le réseau vit grâce à la formidable énergie des hommes et des femmes qui le compose. 8500 visages à découvrir. Le temps de quelques...