Actualité-
08.08.2019
RTE sur la Toile : 5 minutes pour tout savoir

La présence en ligne de RTE s’est fortement accrue ces deux dernières années avec des communautés de plusieurs milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux. L’entreprise est également présente sur le web avec deux sites Internet : "RTE-France" et "RTE&Vous Le Mag". Maxime Devezeau, Community Manager de RTE, fait le point sur l’évolution de la présence digitale de l’entreprise, qui se veut chaque jour au plus près de ses clients et de ses collaborateurs.

Quelles sont vos missions au quotidien ?

Ma première mission est d’effectuer chaque matin une veille de l’actualité sur les réseaux sociaux. Je réponds aussi aux différents interlocuteurs qui ont interpellé l’entreprise sur des sujets qui peuvent parfois s’avérer sensibles en collaborant avec le service de presse pour définir la stratégie à adopter et les éléments de langage à utiliser.

Ensuite, je prépare les publications quotidiennes sur les trois réseaux sociaux sur lesquels nous sommes présents : LinkedIn, Facebook et Twitter avec une particularité sur ce dernier, puisque chaque région possède un compte Twitter.

Un contenu spécifique est choisi pour chaque réseau social. Pour Twitter, on s’adresse avant tout aux journalistes et aux influenceurs en publiant des informations plus institutionnelles et axées sur notre domaine d’activité. Sur LinkedIn, on partage également des publications dites « expertes » valorisant notre savoir-faire et le secteur de l’énergie à destination cette fois-ci des professionnels et des futurs candidats. Il peut s’agir par exemple d’articles décryptage sur nos métiers ou sur des études réalisées. On ne cible pas le grand public, contrairement à nos publications sur Facebook, où le but est de mettre en avant les collaborateurs qui travaillent au quotidien pour entretenir le réseau électrique. On privilégie sur ce média les photos et les vidéos, qui sont des formats plus ludiques et interactifs.

Quelle est votre stratégie pour trouver du contenu original et engageant ?

Mon challenge est de captiver en un instant les internautes. Nous passons tous de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux, mais nous en accordons de moins en moins aux différentes marques. Il faut donc réussir à attirer l’attention du public avec quelques mots et du contenu « consommable » rapidement. Un titre décalé, des émoticônes ou une vidéo peuvent l’inciter à cliquer sur un lien de notre site Internet et lui permettre de découvrir nos missions ainsi que nos projets d’entreprise.

Pouvez-vous nous raconter une anecdote concernant un contenu qui a créé de l’émulation sur les réseaux sociaux ?

Pendant la Coupe du Monde de Football, l’année dernière, nous avions communiqué sur l’impact de la demi-finale entre la France et la Belgique sur la consommation d’électricité à l’aide d’une infographie publiée sur Twitter. Elle montrait la baisse de la consommation pendant le match, qui était de 1200 MW (l’équivalent de la consommation de la ville de Lyon), et la hausse à la mi-temps de 500 MW, soit l’équivalent de 500 000 micro-ondes mis en marche simultanément. Cette information a été reprise par le site de L’Équipe, un média très éloigné de notre secteur d’activité. Elle a en outre été énormément partagée en ligne.

Toucher des acteurs évoluant en dehors de notre périmètre d’intervention est la clé pour gagner en visibilité et inscrire RTE dans le paysage médiatique.

Quelle stratégie allez-vous développer à l’avenir sur les réseaux sociaux ?

Nous sommes en train de construire une nouvelle stratégie pour accroître notre présence en ligne et notre audience en proposant du contenu qui ne soit plus seulement informatif, mais aussi interactif. Notre ambition est de faire de RTE la référence dans le débat public sur la transition énergétique en touchant les influenceurs et en impliquant davantage les collaborateurs, qui sont les premiers ambassadeurs de l’entreprise.

 

 

 

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation.
Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur.

Gestion des cookies