Actualité-
20.05.2019
Urgence au Mozambique avec Electriciens sans frontières

Le cyclone Idai a frappé le Mozambique durant le mois de mars : retour sur la mission de Alexandre Anjuere, salarié RTE, réalisée sur place dans le cadre du partenariat avec Electriciens sans frontières.

Dans le cadre de la convention de partenariat entre le Centre de crise et de soutien (CDCS) du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MAE), Electriciens sans frontières et la filière électrique française dont RTE, Electriciens sans frontières est intervenu en urgence après le cyclone Idaï ayant provoqué de nombreuses pertes humaines et matérielles. Sollicité par l’association en tant que partenaire, RTE a répondu présent. Au-delà d’une aide financière qui a permis de financer des lampes solaires et une mission sur place, Alexandre Anjuere du Département Concertation et Environnement (DCE), est parti en mission avec le dispositif de mécénat de compétences.

 

Répondre aux besoins prioritaires en énergie

Alexandre a ainsi œuvré sur place à l’installation de projecteurs solaires pour favoriser la sécurité dans les camps de réfugiés, l’alimentation électrique de solutions de pompage pour l’accès à une eau potable, la distribution de lanternes solaires permettant aussi de recharger les téléphones pour les communications.

 

L’engagement - Pourquoi t’être engagé dans ce partenariat avec Electriciens sans frontières ?

J’avais déjà travaillé dans des ONGs et des entreprises sociales à la fin de mes études. Cet engagement n’était donc pas totalement nouveau pour moi. Néanmoins, je n’étais jamais parti en urgence suite à une catastrophe mais plutôt dans le cadre de mission de développement.

Le but de ce genre d’engagement est, je pense, de se rendre utile là où les besoins sont les plus importants. Cela apporte une grande satisfaction personnelle et c’est aussi une expérience de vie assez rare !

 

L’organisation - Comment s’est organisé ton départ, combien de temps pour te décider, te préparer ? Et une fois arrivé sur place, comment se sont déroulées tes deux semaines ?

Tout s’est fait très rapidement ! Electriciens sans frontières m’a proposé de partir le 5 avril et j’ai décollé le 14. Entre temps, c’était la course pour le passeport, les visites médicales, les vaccins et les divers documents administratifs (lettre de mission, assurance, note verbale du MAE...).

Sur place, il faut rencontrer périodiquement les différentes agences de l’ONU (OIM, UNHCR, Unicef …) et les grandes ONGs (MSF, ACF, Oxfam …) pour bien comprendre la situation et la localisation des besoins principaux. Une fois cette phase de « prospection réalisée », il est temps d’aller sur le terrain et de mettre en œuvre les solutions … parfois au prix de quelques heures de trajet sur pistes !

Apprentissage - Quelle expérience gardes-tu de cette mission ?

Partir avec 3 inconnus pour une mission d’urgence dans un pays lointain peut réserver des surprises. Mais dès lors que l’on essaye d’être le plus adaptable possible, les surprises sont généralement bonnes ! C’est donc une expérience humaine forte qui change du quotidien.

Je garde notamment en mémoire notre visite dans un orphelinat fortement endommagé par le cyclone. Nous avons pu sécuriser l’unité de potabilisation de l’eau et éclairer la quasi-totalité des pièces. Je n’irai pas jusqu’à dire que les enfants étaient heureux mais ils avaient retrouvé le sourire.

 

Electriciens sans Frontières et RTE

Inscrit dans les valeurs de solidarité et de citoyenneté portées par l’entreprise et ses salariés, le partenariat avec Electriciens sans Frontières intègre un volet de bénévolat et de mécénat de compétences. Ce dernier permet de mettre à disposition des salariés pour des missions temporaires. Ce dispositif est basé sur le volontariat et repose sur l’implication du bénévole, 50% sur son temps personnel et 50% sur le temps de travail. Tout type de compétences, du gestionnaire de projet, au communicant, juriste, comptable est recherché. Les missions sont variées en fonction des possibilités des bénévoles, en France ou à l’étranger : préparation de l’assemblée générale de l’association, préparation des missions depuis la France, intervention sur place en urgence ou non…

0 Commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Les commentaires sont visibles après validation.
Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur.

Gestion des cookies