Dossier
octobre 2018
Maintenance : les lignes de l’avenir
Maintenir en état les ouvrages de RTE dans la durée pour assurer la sûreté de fonctionnement du système électrique… La maintenance des lignes aériennes répond à de nombreux enjeux. RTE & Vous revient sur ce métier emblématique en constante évolution.

1Quand les équipes lignes tracent leur avenir

RTE est une entreprise profondément ancrée dans les territoires, son réseau constitue son atout historique. Dans ce contexte, la Maintenance Lignes Aériennes est au cœur de la réussite de son projet industriel.

Ainsi, au sein des Centres Maintenance, sur 34 sites, environ 550 lignards œuvrent chaque jour pour le réseau, en lien avec les autres métiers de l’entreprise et notamment l’expertise du CNER (Centre National d’Expertise Réseau).

Leurs armes ? Réactivité, engagement et compétences. La convention Objectif Lignes s’est tenu les 17 et 18 octobre en Bourgogne. 300 participants dont environ 200 lignards ont pu partager leurs innovations, leurs pratiques et tracer ensemble les perspectives du métier.

Les échanges autour des nouveaux outils (SI, Drones, automatisation de la captation des données,…) et le nécessaire accent porté sur les compétences ont un point commun : inscrire les acteurs de la Maintenance Lignes Aériennes dans l’avenir.

 

3Comment les nouvelles technologies font évoluer le métier ?

De nouveaux outils pour la maintenance du futur

Pour optimiser l’entretien de son réseau, RTE tire parti des progrès des nouvelles technologies. Illustration avec l’utilisation des drones en mode « œil déporté » ou le déploiement programmé du nouveau système d’information Infoliaison.

Il y a encore quelques années, pour examiner l’état d’un pylône, d’un manchon d’accrochage de conducteur ou d’une chaîne d’isolateurs, il n’y avait pas 36 solutions. Bien souvent, les lignards devaient monter sur les ouvrages pour ausculter le matériel, détecter des traces de corrosion ou repérer une usure avancée. Dans certains cas, il était aussi possible de procéder à un examen depuis le sol (à l’aide de jumelles) ou depuis un hélicoptère. Mais cette panoplie de moyens était limitée. Désormais, un nouvel outil d’observation, d’une grande souplesse, peut être utilisé par les équipes de terrain : le drone et sa fonction « œil déporté » (la caméra fixée sur l’appareil devient l’œil de l’opérateur). Une véritable révolution pour la maintenance des lignes aériennes.

Entre 450 et 500 télé-pilotes en 2020

Depuis 2014, RTE mène de nombreuses expérimentations avec ces petits aéronefs. Après avoir fait appel dans un premier temps à des prestataires spécialisés, l’entreprise dispose désormais en son sein d’une dizaine de télé-pilotes. Et son ambition est de passer à la vitesse supérieure. « Nous avons prévu de former la quasi-totalité de nos lignards au pilotage de ces appareils, assure Benoit Fresneau, chef du projet Modernisation des Moyens Aériens au Centre National d’Expertise Réseau (CNER) de RTE. Fin 2020, entre 450 et 500 salariés de nos équipes opérationnelles disposeront de cette nouvelle compétence. »

Des cas d’usage extrêmement variés

Le potentiel de cette fonction « œil déporté » est quasi-illimité (sans parler des autres utilisations expérimentées en parallèle) : diagnostic des ouvrages, surveillance de la végétation environnante, reconnaissance du terrain avant une intervention, contrôle des travaux effectués par des entreprises prestataires (mise en peinture des pylônes, gestion de la végétation…), etc. Selon les cas, le drone peut être utilisé pour un examen immédiat ou, au contraire, pour prendre des photos ou des vidéos qui seront examinées ultérieurement. Voire enregistrées dans le système d’information qui recense l’ensemble des ouvrages de RTE et permet d’en planifier l’entretien.

Infoliaison, le système d’information du futur

En complément des données de description du patrimoine, cette possibilité de collecter et capitaliser des photos ou des vidéos fait partie des nouvelles fonctionnalités offertes par le futur système d’information Infoliaison. « Destiné à remplacer les outils actuels, il est encore en phase de développement, expliquent Olivier Verdun et Christophe Gailler, en charge de ce projet à RTE. Infoliaison englobera au final une demi-douzaine d’applications interconnectées, L’ensemble comportera de très nombreuses innovations pour optimiser le travail des équipes de la Maintenance ou de l’Ingénierie. »

25 millions de données fiabilisées

À terme, la future base de données compilera environ 100 millions de données décrivant le patrimoine industriel de RTE, dont 25 millions assorties d’un indice de fiabilité. Et elle alimentera en informations régulièrement mises à jour d’autres outils utilisés par les différents métiers de l’entreprise. Infoliaison permettra, pour chaque ouvrage, de disposer de données uniques concernant sa description complète, son état de vétusté, les interventions programmées, des vues 2D ou 3D, des images géo-localisées, etc. « Les équipes pourront y accéder sur le terrain depuis une tablette et renseigner en retour la base en fonction de leurs observations et des interventions réalisées », précisent Olivier Verdun et Christophe Gailler.

Un précieux outil de planification

Plus globalement, Infoliaison donnera aux managers des équipes opérationnelles la possibilité d’identifier des interventions à réaliser sur un même territoire, gage de gain de temps et de moyens. Voire de planifier des opérations concernant un type précis de matériel (programmes de remplacement d’isolateurs ou de manchons, par exemple). Le tout avec une ergonomie améliorée et une interface plus intuitive. Cet outil très attendu sera expérimenté en septembre 2019 dans la région Ouest, avant un déploiement programmé jusqu’à mi-2020.

 

Plus d'info : http://ifl-lefil.rte-france.com

 

4Focus sur un chantier hors-norme : Venaus-Villarodin

Réalisés dans un environnement exigeant, à 2 800m d’altitude, les travaux de la ligne d’interconnexion à 400 KV entre Venaus en Italie et Villarodin en Savoie constituent un chantier d’exception pour RTE. Pourquoi ? Explications en images.


5A retenir

La Maintenance Lignes Aériennes

La Maintenance Lignes Aériennes c’est :

  • 550 salariés
  • 34 Equipes Entretien Lignes

 

Chantier Venaus-Villarodin
  • 2800 m d’altitude : Chantier Venaus-Villarodin
    2019 : premiers déploiements d’infoliaison
    • 2019 : premiers déploiements d’infoliaison, nouvel outil informatique de gestion du patrimoine industriel de RTE

     

    2019 : début du déploiement du drone
    • 2019 : début du déploiement du drone « œil déporté » dans les Equipes Lignes

     

    1
    2
    3
    4

    0 Commentaires

    Vous souhaitez laisser un commentaire ?

    Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité...), il n’engage que leur auteur. Lire la charte des commentaires.

    * champs obligatoires
    CAPTCHA
    Cette question permet de tester si vous êtes bien un être humain, réduisant ainsi les risques de spamming.
    Image CAPTCHA
    Saisir les caractères affichés dans l'image.

    Découvrir d'autres dossiers

    dossier
    8,7 millions d’euros accordés à 422 projets dans 87 départements : 3 chiffres qui démontrent à eux seuls l’ampleur du travail effectué par la Fondation RTE en une décennie. A l’occasion de cet anniversaire – qui sera fêté le 18 octobre !- RTE & Vous le Mag fait le point sur son action à travers les territoires… et les années !
    dossier
    Apprendre en travaillant, travailler en apprenant : le format de l’alternance offre de nombreuses perspectives. Côté entreprise, elle est aussi un réel enrichissement. En cette semaine de rentrée, RTE & Vous, le Mag vous propose d’en apprendre un peu plus sur l’apprentissage.
    dossier
    Engagé dans de nombreux projets concernant le littoral et l’écosystème maritime, RTE est régulièrement au contact de différents interlocuteurs aux activités et intérêts multiples. Comment travailler ensemble, main dans la main, au quotidien ? Zoom sur des relations porteuses de sens et d’avenir.